Quand la peau parle pour nous (Bien-Etre du 21/02/08)

Publié le par Dixit me

Invités :

Dr Danièle POMEY-REY, dermatologue, La peau et ses états d’âme, éd. Marabout

http://www.vues.fr/vues/lire_vues.php?idv=108

Dr Sylvie Hénault de Calan, dermatologue 

 

La peau et le cerveau ont à l’origine le même tissu embryologique, c’est au 21ème jour chez le fœtus qu’ils se scindent. Ces deux organes fabriquent des neuromédiateurs, toutes nos émotions ressurgissent sur notre peau.

 

La peau est aussi notre plus grand organe, le plus étendu, c’est l’organe de contact et de protection.

L’organe principal de communication est la peau et elle renvoie dans le cerveau à la parole, au langage. Ce qui n’est pas exprimé par la parole le sera souvent par la peau (il vaut d’ailleurs mieux que ça sorte d’une façon ou d’une autre !).

 

Après un deuil par exemple, on peut avoir des taches brunes qui apparaissent sur la peau, elles sont d’ailleurs appelées « taches de cimetière ».

La peau parle, révèle nos non-dits, elle peut appeler à l’aide, elle absorbe et capte tout.

 

L’émission est interactive et invite donc les téléspectateurs à faire part de leurs interrogations :

 

1er témoignage : une jeune femme appelle pour de l’eczéma sur le dos, urticaire sur les mains, mycose au-dessus des oreilles, elle souffre de boulimie-anoréxie depuis 12 ans, elle arrive aujourd’hui à ne prendre que trois repas par jour mais sa peau ne s’arrange pas.

 

Comme elle en est bien consciente et qu’elle en parle bien verbalement, nos dermatologues pense que tout va rentrer dans l’ordre, progressivement, il faut être patiente. Il faut un double travail d’écoute et de dermato, ou un dermato qui a cette double étiquette.

Pour trouver un bon praticien, il faut se fier au bouche à oreille, en l’espèce, elles conseillent à la jeune femme d’aller voir un psychologue ou un psychiatre avec une formation de psychanalyste pour travailler sur l’inconscient.

L’hypnose peut soulager le symptôme mais pas en profondeur car ça doit venir de soi et l’hypnose c’est plus un tiers qui nous détend.

Les « psy » arrivent à entendre ce que l’on dit sans que nous-mêmes ayons conscience de l’avoir dit.

80% des maladies de peau ont une origine psychologique, elles touchent des personnes qui ont beaucoup de choses à dire mais n’y arrivent pas alors ils s’expriment par leur peau car en grandissant, on maîtrise peu à peu nos émotions et certaines personnes n’arrivent pas dépasser ce stade de petite enfance où l’enfant qui ne sait pas parler s’exprime à travers sa peau.

 



2ème témoignage
: : une femme expose le cas de son garçon de 6 mois qui a de l’eczéma sur les joues et le cou depuis 3 semaines.

 

L’eczéma traduit l’angoisse de séparation en général mais faut pas dramatiser car il y a aussi une part héréditaire puisque la mère de l’enfant en l’espèce a aussi de l’eczéma.

Aussi les lainages sur une peau sèche en hiver peuvent provoquer de l’eczéma, la lessive également parfois, mais l’alimentation moins. Donc ici, si la mère est angoissée, le bébé qui est une éponge émotionnelle absorbe ! Il faut lui parler car la parole peut avoir une valeur thérapeutique.

La cortisone en crème ne pose pas de problème mais même un simple lait corporel sera bénéfique car le simple geste de l’étaler sur la peau de l’enfant rétablit le contact, c’est un geste anti-séparation, c’est rassurant et l’eczéma se soigne tout simplement. L’eczéma c’est surtout une peau sèche donc il suffit bien souvent d’hydrater !

  


 

3ème témoignage : une fille qui appelle pour le psoriasis de sa mère qui en a aux coudes, genoux et elle veut savoir s’il y a un facteur héréditaire

 

L’hérédité est de 40%, ça peut apparaître ou non, le psoriasis est la maladie du stress et selon les gènes, le stress s’exprimera de telle ou telle façon. Il arrive donc que l’on ait la carte génétique sans jamais développer de psoriasis.

Il y a une hérédité psychique transgénérationnelle, on peut transmettre certaines choses (certains ont sans doute entendu parler de la psychogénéalogie…).

Le témoin explique que sa mère a perdu son père à 16 ans, et qu’elle a déclenché son psoriasis après, alors il faudrait réparer ce deuil pour empêcher la transmission.

Les personnes qui développent du psoriasis ont souvent un caractère introverti, elles ne parlent pas beaucoup, il est donc nécessaire de mettre des mots sur ces émotions, ça peut être une colère rentrée.
En général, le soleil est bénéfique mais il peut y avoir des exceptions.

 


 

4ème témoignage : une mère qui appelle pour son fils de 23 ans qui a du psoriasis depuis l’âge de 7 ans aux aisselles, à l’aine, au creux du genou, il a même la cheville inflammée depuis quelques temps, c’est du rhumatisme psoriasique alors il faudrait trouver la symbolique de la cheville car l’inflammation traduit une colère.


Il faudrait donc trouver un psychiatre-psychanalyste avec lequel ce jeune homme pourra parler car il y a une relation entre son côté introverti, ses chocs et sa peau, ça peut être une écoute bienveillante, neutre car cela a une valeur thérapeutique.

 

 

Je vous conseille également le livre de Michel ODOUL, Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi Le Lexique, éd. Albin Michel, une pure merveille, pour comprendre la signification d’une pathologie, souvent bluffant !



 

Publié dans Bien-Etre!

Commenter cet article

traitement de la mauvaise haleine 16/02/2015 10:37

There is obviously a lot to realize about this. I think you made some nice points in features also.

mauvaise haleine remede naturel 16/02/2015 10:36

Nice post. I was checking continuously this weblog and I am impressed! Extremely helpful information particularly the final phase :) I deal with such info much. I was seeking this particular info for a long time. Thanks and good luck.